mardi 25 juillet 2017

FRANCE : ESCROQUERIE AUX PRESTATIONS, UN PUITS SANS FOND...

Un vaste réseau de fraude aux prestations sociales démantelé
Après un an d'enquête, le comité départemental anti-fraudes a stoppé un réseau de fraudes aux prestations sociales, près de Valenciennes. 

figarofr
© PHILIPPE HUGUEN/AFP figarofr

Près de 700 personnes ont profité des failles du statut d'autoentrepreneur pour profiter des aides.

Une vaste fraude aux prestations sociales de "personnes étrangères" profitant d'une faille dans le statut d'auto-entrepreneur dans les Hauts-de-France a été stoppée, après un an d'enquête, selon la préfecture du Nord. Le montant de cette fraude atteignait environ un million d'euros par mois pour la région, dont 500.000 euros uniquement autour de Denain, près de Valenciennes, où résidaient plus de la moitié des 1200 fraudeurs présumés, a indiqué le sous-préfet de Valenciennes, Thierry Devimeux, confirmant une première information de la Voix du Nord. Mais il ignore quand elle a été mise en place.
Plusieurs maires avaient alerté la préfecture du Nord après avoir remarqué que de nombreuses personnes étrangères, essentiellement de la communauté rom mais aussi des Espagnols, Italiens et Anglais, s'étaient installées autour de Denain, l'une des communes les plus pauvres de France, sous statut d'auto-entrepreneur. «La proportion d'auto-entrepreneur y était quatre fois supérieure à la moyenne du département!», s'exclame Thierry Devimeux.
Des titres de séjour également saisi

Les services de l'Etat ont ainsi découvert que ces personnes profitaient du fait que ce statut permettait d'ouvrir des prestations sociales plus facilement accessibles pour des étrangers. «Pour un étranger, l'accès aux prestations sociales est plus difficile que pour un Français car pour rester vivre dans notre pays, il ne faut pas être “une charge” pour l'Etat, c'est-à-dire avoir des ressources supérieures aux aides sociales perçues», explique le sous-préfet. 

Sauf que dans le cas d'un statut d'auto-entrepreneur, les ressources ne sont que «déclaratives». Un comité départemental anti-fraude (CODAF), réunissant les services de l'Etat, le procureur, la police et des organismes sociaux tels la CAF, l'Urssaf ou encore la CPAM, a été mise en place en juin 2016. Sur les 800 autoentrepreneurs installés autour de Denain, environ 750 ont vu leurs prestations annulées.


Les enquêteurs ont également saisi des titres de séjour (80 obligations de quitter le territoire français ont été prononcées) et arrêté des marchands de sommeil qui louaient plus d'une centaine de logements insalubres sur la commune de Denain. «Ce problème a fait tache d'huile ailleurs dans les Hauts-de-France mais aussi dans d'autres régions françaises et en Europe» poursuit Thierry Devimeux. Une information judiciaire a été ouverte par le parquet de Valenciennes.
Résultat de recherche d'images pour "jackpot + fraude aux allocations"
Tout ceci est proprement incroyable et scandaleux au moment ou l'on va chercher 5 euros dans la poche d'étudiants ou autres allocataires nécessiteux. Si encore ce n'était que ça, mais partout en France ce genre d'escroquerie est monnaie courante, la France fonctionnant désormais en mode "OPEN BAR"

Résultat de recherche d'images pour "jackpot"
Près de 43 000 fraudes aux prestations sociales ont été détectées en 2016 par la Caisse nationale d’allocations familiales (Cnaf). Ce montant de cette fraude s’élève à 275,4 millions d’euros, en hausse par rapport à 2015, a annoncé la Cnaf ce mercredi.
Autre exemple : Les policiers de la PJ de Seine-Saint-Denis avaient découvert qu'une association domiciliée à Aulnay aurait reçu, entre janvier 2014 et juin 2016, 678 000 € de subvention d'Etat, dont 170 000 € directement virés sur les comptes de huit membres de la famille et 80 000 € retirés en liquide. Plus de cent réquisitions bancaires ont été effectuées par les enquêteurs dont beaucoup sont encore en cours d'analyse, alors je vous pose la question ? L'arbre qui cache la forêt...Combien d'associations de toutes sortes vous font les poches en France ? 
Source : http://www.leparisien.fr/faits-divers/aulnay-sous-bois-de-nouveaux-soupcons-d-escroquerie-sur-les-proches-de-theo-28-04-2017-6897282.php
Autre exemple : C'était en 2013 et si vous croyez que ça c'est amélioré depuis, c'est que vous êtes bien naïfs... 
En 2013, Pôle emploi avait détecté plus de 100 millions d'euros de fraude sur l'ensemble de l'année. Si le rythme constaté à fin septembre se confirme, Pôle emploi pourrait déceler 120 millions d'euros de fraude cette année. Un record.
Le constat est accablant. Selon un rapport que s'est procuré le quotidien Le Monde, l'année 2014 pourrait être une année record concernant la fraude à Pôle emploi. Le bilan provisoire fait état d'un montant de 90 millions de fraude détectée par l'organisme à fin septembre 2014. Il faudra donc attendre encore 3 mois pour connaître les chiffres définitifs.
C'est au bas mot, plus d'un milliard et 1/2 de fraudes en tout genre qui sont détectées chaque année, mais ce qu'on ne vous dit pas, c'est le montant réel des sommes qui passent à travers les mailles du filet...et la ça donne le "vertige"...facile à comprendre quand on connaît le peu de moyens alloués à la chasse aux escrocs que ce soit en matière de prestations sociales ou d'évasion fiscale, le taux de détection toutes affaires confondues, ne devant guère dépasser 15%.
images

La France est bonne fille. Elle accepte la polygamie et ne rechigne pas à verser des allocations familiales aux pères de familles très nombreuses. Plus besoin de travailler quand on « gagne » 6 157 euros non imposables auxquels s’ajoutent toutes sortes d’aides sociales.
Pas étonnant que les Français qui travaillent et ceux qui ont travaillé soient mécontents qu’on prétende toucher à leur droit à la retraite et leur pension de retraite.
Je l’ai déjà dit, l’immigration n’est pas seule responsable de la crise mais elle en occupe une part non négligeable. Surtout, elle est visible et pourrit la vie quotidienne de nombre de Français du fait du refus d’insertion et de respect des lois de la République.
Source : https://laconnectrice.wordpress.com/tag/allocations-familiales/

Je vous présente cet article édifiant du JDD publié pour la première fois en juin 2010 et actualisé le 6 mars 2013.


C'est l'histoire d'un homme qui avait 4 femmes et 46 enfants :


Avec ses quatre femmes et ses 46 enfants, Adama (1) était un homme heureux. Ce quinquagénaire, capable de réciter dans l’ordre les prénoms de sa descendance, régnait sur son pavillon de banlieue. Entre les cinq chambres de la maison, "la vie s’organisait comme elle pouvait" , confie-t-il au téléphone. 
D’abord agent d’entretien, il a cessé de travailler quand le montant des allocations familiales est devenu suffisant pour nourrir son monde (2). Dans le village du nord du Mali où il a grandi, on parle de sa réussite avec admiration. Il voudrait que ça continue. Il n’a donc pas donné d’écho particulier au bouleversement qu’il vient de connaître : deux de ses femmes ont déménagé, une troisième songe à les imiter. Elles sont engagées dans une « décohabitation« , le terme administratif qui désigne la sortie de la polygamie.
"Il nous a fallu dix ans pour en arriver là" , raconte Fanta Sangaré, énergique présidente de l’Association des femmes relais de Bobigny, en Seine-Saint-Denis. Sa première rencontre avec Adama a eu lieu à la demande des services sociaux. Avec les autres ménages polygames qu’elle accompagne, le point de départ fut comparable: des enfants attirent l’attention d’une assistante sociale ou d’un enseignant ; mais leurs parents fuient les institutions et ont toutes les peines du monde à parler français. Difficile de les aider.
Il se trouve que tous sont originaires du Mali. Fanta Sangaré aussi. L’ancienne institutrice de brousse comprend les digressions en soninké, les confidences en bambara. Elle discute, apprivoise. Entend la fierté du mari, les disputes des coépouses, la fatigue des enfants. Les réveils à pas d’heure pour prendre une douche avant l’école. Le ballon d’eau chaude toujours vide. La queue devant la porte des WC. Les repas pris chacun son tour. Les devoirs faits dans la cage d’escalier. Les lits partagés. Le bruit permanent. L’absence d’intimité. Fanta Sangaré écoute ces histoires qui se ressemblent toutes. Puis elle rappelle la règle de la République : la nécessité de rompre avec la polygamie pour obtenir un renouvellement des titres de séjour. Effroyable perspective pour ceux auxquels on a toujours enseigné que cette tradition était un idéal d’organisation sociale doublé d’une exigence divine. Il s’agit de mariages traditionnels arrangés, célébrés un été « au pays », où l’amour ne s’est pas toujours installé, mais tout de même: « Quitter son mari est impur« , rabâchent les femmes. « Dieu n’a pas demandé que vos enfants soient entassés à vingt dans une même chambre« , réplique alors Fanta Sangaré.
Semaine après semaine, l’idée fait son chemin, jusqu’au jour où les femmes s’approprient le désir d’avoir leur propre logement. En signe de bonne foi, elles doivent le chercher dans une autre commune. Les mains retenant son voile noir et violet, Aminata raconte les trois années de démarches qui lui ont été nécessaires pour régulariser sa situation. Elle a quitté La Courneuve pour Bobigny avec ses quatre plus jeunes enfants. 
Lorsqu’une épouse part, la honte s’abat sur son mari. "Sa femme a volé son pantalon, maintenant il porte le pagne !" , entend-il dans son dos. Adama préfère ne pas y penser. Il prend désormais le RER pour honorer les mères de ses enfants. Une décohabitation hypocrite ? « Bien sûr, admet Fanta Sangaré. On nous reproche aussi de créer des familles monoparentales. Mais si ça aide les enfants à s’épanouir et les femmes à devenir autonomes, ça vaut le coup.« 
Ces femmes, en effet, n’ont jamais vécu seules, n’ont jamais eu d’emploi ni géré de budget. Elles ne savent pas se servir d’une carte bancaire ni remplir un chèque. C’est leur mari qui touchait les allocations familiales, payait les factures et faisait les courses. "Elles ont toujours été infantilisées" , insiste Fanta Sangaré. « C’était très compliqué au début de vivre chez moi », confirme Salli, jeune maman de huit enfants. Elle a laissé son mari à sa coépouse et est devenue femme de ménage. Pour être tout à fait « comme les autres », elle essaye de perfectionner sa maîtrise du français. Les mystérieux « couvre-lit », « hippocampe » et « igloo » qu’elle découvre au cours d’alphabétisation lui donnent l’impression d’être encore loin du but. Mais ses amies lui connaissent un nouveau sourire.
(1) Les prénoms ont été modifiés.
(2) La Caisse d’allocations familiales verse 441,48 € par mois pour quatre enfants de moins de 20 ans, plus 158,78 € pour chaque enfant supplémentaire. Soit 1.394 € pour 10 enfants, 2.981 € pour 20 enfants, 4.569 € pour 30 enfants, 6.157 € pour 40 enfants. Sans compter d’éventuelles aides au logement.
Mathieu Deslandes – Le Journal du Dimanche

FRANCE : "L'AMORALISATION" DE LA VIE POLITIQUE ADOPTÉE A L’ASSEMBLÉE NATIONALE...

Oui vous avez bien lu : 
L'amoralisation de la vie politique a été voté ce jour !

(L'amoralité, à ne pas confondre avec l'immoralité, est une absence ou une indifférence envers la moralité). 

Finalement, les députés enterrent la condition d'un casier vierge pour être éligible.

Cet engagement figurait pourtant dans les "engagements" de campagne d'Emmanuel Macron. Mais l'exécutif a fait marche arrière par crainte de voir la mesure déclarée anticonstitutionnelle.

«Une triste marche arrière», «une reculade» : une fois n'est pas coutume, les avis des députés d'opposition de gauche comme de droite semblaient unanimes lundi soir. 
Les esprits se sont échauffés à l'Assemblée nationale après l'abandon d'une promesse de campagne du président Macron, qui stipulait «la loi de moralisation de la vie publique comprendra (...) l'interdiction pour tous les détenteurs d'un casier judiciaire (niveau B2) de se présenter à une élection». Alors que les députés préparaient l'examen du texte sur la «confiance dans la vie publique», présenté comme la première réforme phare du début du quinquennat Macron, le gouvernement a finalement opté pour une «peine complémentaire obligatoire d'inéligibilité», afin d'éviter un blocage d'inconstitutionnalité.
Étonnant tout cela, quand on pense que pour être simple fonctionnaire de catégorie C, on vous oblige à fournir un extrait de casier judiciaire.
 Pour être fonctionnaire ou agent contractuel, il faut :
  • Jouir de ses droits civiques et électoraux (droit de vote, d'élection et d'éligibilité) en France ou dans son pays d'origine et n'avoir fait l'objet d'aucune condamnation inscrite au bulletin n°2 du casier judiciaire qui soit incompatible avec les fonctions exercées.

  • Résultat de recherche d'images pour "amoralité + macron"
  •  L'immoral va contre la morale avec une conscience plus ou moins claire de ce qu'il fait; l'amoral n'a pas conscience de l'existence des jugements moraux.

PRIX DU MÉDOC, MERCREDI 26 JUILLET, QUINTÉ DU PMU A ENGHIEN, JE GAGNE AUX COURSES AVEC JACKTURF

Attelé - Course C - Course Européenne - Départ à 13 h 47 - 7 à 10 ans inclus - 65 000 euros - 2 875 m - Corde à gauche - Ligne d'arrivée 350 m - 17 partants.


Un lot intéressant de 7 à 10 ans, ou seul le 6 Va Vole du Lys compte 3 victoires sur le parcours du jour, les 8-11-13 s'y étant placés.

Résultat de recherche d'images pour "Un Satin Rose + cheval"
Satin Rose (14) n'a plus gagné une course depuis bientôt deux ans, oui mais...



1 Sanna Vint (SWE) : En forme, venant de gagner sur l'herbe de Savenay à la cote de 47/1, cette élève de Li Hanné âgée de 7 ans, sera peut-être moins à l'aise corde à gauche (9 sur 20 sans victoire), mais si l'on considère qu'elle est certainement en gros retard de gains, les prix alloués en Suède n'étant pas comparables aux nôtres, il faut peut-être s'en méfier au moins pour les places. Vient de devancer Let's Dance (B. Goop), deuxième de quinté début mai à Vincennes. Ferré (9 sur 17 dont 1 victoire). Confiée pour la première fois à N. Roussel. 5ème possible à belle cote.

2 Shogun D.K. (DEN) : Inédit à Enghien mais pur gaucher (18 sur 24 dont 5 victoires), cet élève de Ph. Billard âgé de 8 ans, à la forme avérée, trouve un bon engagement ici, d'ou le choix de ne pas se tromper de driver, en la personne de E. Raffin qui le découvrira en course. Au final, s'il a fini 5ème de quinté sur les 2850 m de la G/P de Vincennes, ce spécialiste des pistes plates devrait pouvoir nous faire un numéro ici. Déferré des postérieurs (4 sur 7 dont 1 victoire)Dans le quinté.

3 Riviera As (ITY) : Une 7 ans entraînée par Mlle M. Gibon, à qui il ne manque plus qu'une victoire à ce niveau (5 sur 6) pour compléter son tableau de chasse cette année, qui s'avère plutôt fructueux. A fini 5ème de quinté pour sa seule sortie à Enghien (2150 m). Court toujours ferrée (52 sur 64 dont 14 victoires). Retrouve G. Gelormini (3 sur 4 sans victoire). Dans le trio.

4 Big Headache (FIN) : C'est la course choisie par P. Deaugeard pour son élève, âgé de 7 ans, qui cherche visiblement sa course, étant de nouveau présenté pieds nus, ce qui est rare chez lui (2 sur 3 sans victoire). P. Deaugeard au sulky (6 sur 6 dont 1 victoire). Jamais fautif (0 dai en 30 sorties)Méfiance, même si le lot est plus relevé que d'habitude...

5 Vivien Péo : Cet élève de M. Varin possède un métier certain (25 sur 73 dont 12 victoires), alors ce n'est pas le fait de disputer son premier quinté à 8 ans, qui va l'impressionner. En gros retard de gains, n'étant pas de tous les jours (21 dai en 71 sorties), il peut tout aussi bien l'emporter ici. A noter qu'il faut remonter à mai 2014 pour le voir fautif deux fois de suite. Pieds nus (16 sur 27 dont 6 victoires)Moralité, on tente le coup bien sur, d'autant que F. Lecanu sera de nouveau au sulky (3 sur 5 dont 2 victoires). Dans le quinté.

6 Va Vole du Lys : La plus titrée sur le tracé (4 sur 6 dont 3 victoires), mais dont la dernière bonne performance ici remonte à août 2015 (3ème). Accidentée sur la plage l'an passé, elle a du être arrêtée 7 mois, ses 5 courses de rentrée (0 sur 5) si elles ne sont pas significatives, l'ont cependant amené à un bon degré de forme selon son papa R. Jajolet, qui la trouve bien au travail en ce moment. Mise hors course dernièrement sur ce tracé par un adversaire, alors qu'elle se trouvait en milieu de peloton. Court pieds nus (9 sur 25 dont 5 victoires) depuis trois courses cette année. Confiée pour la première fois à P. Houel, plutôt en forme en ce moment. Au final, il faut qu'elle rassure évidemment, mais comme son entourage semble confiant, nous allons la glisser dans une petite longue ou un champ réduit, étant quand même dans son jardin ici.

7 Trésor du Fan : Comme il n'est jamais trop tard pour découvrir le monde, cet élève de J. Dubreil, va fouler la piste d'Enghien pour la première fois à l'âge de 10 ans, mais avec l'aide précieuse de F. Nivard qui le découvrira en course, ce qui évidemment lui vaudra de nombreux suffrages. Premier quinté. Bien à main gauche sans plus (10 sur 38 dont 1 victoire). Pieds nus (4 sur 10 sans victoire). Entraîneur remonté à bloc. Au final, ce n'est pas le chocolat du siècle loin de la, mais bon, comme il est rarement fautif (7 dai en 87 sorties) et qu'à cet âge la, on tire sur tout ce qui bouge, on peut se laisser tenter pour les places. 3ème,4ème possible.

8 Anza du Carbonnel : Pas vraiment la meilleure des F. Blandin, cette fille de Lontzac âgée de 7 ans, qui compte quand même six échecs cinglants dans les quintés, seule l'aptitude au tracé (3 sur 4 sans victoire), pouvant en convaincre quelques un de la glisser sur un ticket. Annoncée bien d'état à l'exercice pour cet engagement correct. Va faire le petit parcours pour espérer prendre un petit lot sur la fin. Pieds nus (32 sur 75 dont 3 victoires). Trottait 1'15''1 ici (5ème) l'été dernier (13/07/16). Au final, je note qu'elle rend régulièrement les mètres, ce qui explique ses piètres résultats, alors je me dis que F. Blandin, ne devrait pas laisser passer une telle opportunité sur un tracé qu'elle apprécie en plus. La course visée de longue date, attention. 

9 Uppy de Vive : Pas mal dernièrement sur ce tracé, ou il finit à la sixième place d'un événement sur le pied de 1'15''2, le lot étant alors supérieur. Moralité, déjà vu à son avantage dans les quintés (2 sur 7 sans victoire), cet élève de P.Y. Verva âgé de 9 ans et drivé par lui même (42 sur 73 dont 4 victoires), semble en mesure de profiter de ce bel engagement pour créer la surprise. Ferré ( 9 sur 30 dont 1 victoire). Ne devrait faire que le dernier kilomètre. Oui pour une belle 4ème place.

10 Vitesse du Val (SWI) : Une 8 ans aux 15 victoires, dont il convient d'oublier les dernières sorties selon B. Bourgoin, ou elle a connu des ennuis pulmonaires. Soignée en conséquence, elle devrait montrer son vrai visage cette fois selon son papa qui la voit à l'arrivée. Bien à Enghien (2ème sur 2150 m). Déferré des antérieurs (6 sur 12 dont 2 victoires). Confiée pour la première fois à D. Thomain. Le bruit des pistes. Un pari gagnant à tenter pour les amateurs de belles cotes.

11 Sem Jafet (SWE) : Ce n'est autre que la 4ème de l'édition 2016 avec déjà D. Locqueneux au sulky, le tout étant maintenant de savoir si un réveil est possible après trois courses de rentrée (5 mois 1/2) pour le moins anonymes (15a,0a,9a). Déferré des antérieurs (21 sur 40 dont 4 victoires). Retrouve D. Locqueneux pour la première fois cette année (4 sur 5 dont 1 victoire). Sinon, on a pu noter un léger mieux dernièrement, ou il a contourné le peloton devant les tribunes, pour se retrouver aux avants postes dans le tournant suivant pour finalement être dominé dans le tournant final (9ème sur 14). Au final, la confiance affichée par R. Kuiper est communicative. Dans le quinté.

12 Primula Brazza (ITY) : La mieux engagée à 1.709 euros du recul, mais qui compte trois échecs sur cet anneau, dont un sur le tracé du jour. A quand même trottée (1'15''5 ici en juin 2016 pour une 7ème place). Ceci dit, l'engagement est bon, n'ayant pas les six ans sur sa route et puis avec R. Andreghetti au sulky tout est possible (3 victoires sèches en 10 sorties communes).  Pieds nus (13 sur 41 dont 5 victoires). 
Entraîneur S. Carro confiant, l'ayant réservé pour ça (court à 33 jours). Tout ou rien. 

Aux 25 m

13 Attaque Parisienne : Après quatre succès d'affilé dont un quinté, cette F. Harel âgée de 7 ans a marqué le pas sur l'herbe trop collante "selon son entraîneur" de Sable/Sarthe qui a décidé de la driver lui même cette fois (12 sur 24 dont 2 victoires) en faisant le petit parcours, histoire de lui redonner de la fraîcheur. A déjà trotté 1'14''9 sur ce tracé (3ème) en juillet 2016. Au final, F. Harel qui ne fera que la phase finale, peut toujours prendre un lot dans la ligne droite sans se fatiguer, sa protégée s'étant quand même montrée impressionnante dans le Prix Audora. 4ème,5ème possible.  

14 Un Satin Rose : Les chevaux sont comme les hommes, certains que l'on croit mourants, se relèvent soudainement comme ''Lazare'' en son temps, pour courir comme à leurs plus beaux jours. Et c'est ce qui vient d'arriver avec ce fils de Ganymède, récent troisième de quinté ici-même (2150 m) à la cote de 64/1, alors qu'il effectuait une rentrée après trois mois d'absence. Ma foi il peut toujours subir le contrecoup, mais à 9 ans ça m'étonnerait et puis F. Ouvrie sera encore à son sulky (6 sur 8 dont 2 victoires). Lazare ! Lève toi et gagne...

15 Ultra des Landes : Son entraîneur S. Hardy qui se trouve à Biarritz, la court ici afin de peaufiner sa préparation pour un objectif au montée et la confie donc à S. Baude pour la première fois. Pas annoncé au top, ayant eu la maladie de Lyme l'hiver passé. Bien à gauche (27 sur 41 dont 13 victoires). Ferré (42 sur 68 dont 20 victoires). Au final, les moyens ne font pas défaut à cette 9ans, d'ailleurs son compte en banque parle pour elle, mais aux courses il faut faire des choix. Ce sera non. L'impasse.

16 Tell Me No Lies (SWE) : Deuxième atout de Ph. Billard (2-16) âgé de 8 ans et qui effectuera sa rentrée (4 mois environ) directement pieds nus (30 sur 40 dont 6 victoires), car courant toujours bien sur sa fraîcheur (2ème,3ème). 6ème et 2ème de quinté sur cet hippodrome (2150 m). Le meilleur du lot en classe pure. Confié pour la première fois à S. Ernault. Peut tous les battre.

17 Volcan de Bellande : Le plus riche du lot, bien situé à 2.630 euros du plafond des gains, mais qui gagne surtout sa vie au monté, sa dernière victoire attelé remontant à novembre 2014. Ceci dit sa rentrée (3 mois 1/2) à l'attelé (7ème sur 13) l'aura bien dégrossi, tournant 1'15''5 sur les 2700 m de Graignes, ce qui n'est pas si mal, si l'on songe qu'il rendait 50 m. Restera cependant ferré (13 sur 29 dont 2 victoires). Confié pour la première fois à F.G. Héon. Bref, rien qui tire vraiment l'argent de la poche. Au final, c'est tout sauf un objectif. Impasse tentante.


Le prono de l'entraîneur à suivre du Parisien M. Varin : 16-5-2-7-12-14-3-4
Le prono de E. Raffin pour Paris Courses : 12-9-3-16-2-5-14-6
Le prono de G. Gelormini : 3-4-16-5-9-7-2-8
Le prono de F. Ouvrie       : 7-5-14-16-2-3-4-13


Impasses au quinté
15-17

4 quintés
2-16-3-6-11
2-16-3-11-12
2-16-3-14-13
2-16-3-9-8

Quinté en or
14-16-2-9-12

Bons jeux à tous !